Skip to end of metadata
Go to start of metadata

Introduction

Quel est le meilleur gestionnaire de version : git ou mercurial ?

git

mercurial

commentaire

concepts soujacents simples

concepts soujacents nombreux

surtout en introduisant de nouveaux concepts avec mq (mercurial queues)

toutes les commandes font un less implicite si nécessaire

pas de less implicite, surtout dans le cas des logs ou d'un diff - un peu chiant

Mais, mercurial introduit une extension appelée ???

tout est dedans d'origine (ou presque)

beaucoup d'extensions qu'il faut ajouter au fur et à mesure

un peu chiant certaines fois de devoir ajouter des choses pratiques (pour mercurial) : less, mq, couleur, etc.

status bien plus lisible et aidant

hg status n'est pas très utile, je trouve

 

couleurs aisément ajoutables

il faut ajouter une extension pour en avoir

pas une grande différence, finalement

outils statistiques ?

existance d'outils statistiques dans des extentions

 

gestion des tags dans des objets propres, internes à git

gestion des tags dans un fichier à part, versionné lui-même

Je n'aime pas l'approche de mercurial sur le sujet des tags qui introduisent, quand on les utilise, des commits supplémentaires qui me semblent un peu artificiels. Des problèmes surtout quand on revient en arrière.

Bref, il y a des choses bien des deux côtés mais je trouve que les outils sont plus abondants, d'emblée, dans git. Le modèle très simple du fonctionnement interne de git rend la manipulation des dépôts performante avec peu de complexité même si les concepts peuvent être peu familiers. J'ai l'impression que pour faire la même chose, mercurial a besoin d'introduire de nouveaux concepts (comme les mercurial queues) qui introduisent de nouvelles commandes.

Pour autant, les numéros de version plutôt que les hashs, c'est bien pratique et il y a un certain confort, une sorte d'élévation dans les commandes mercurial que l'on ne retrouve pas dans git. Git, c'est plus les mains dans l'cambouis.

Liens

Bonnes pratiques d'utilisation de ces logiciels

Git

  • http://tech.libresoft.es/doku.php/git - un petit guide des meilleures pratiques pour git. Intéressant à suivre. Notamment :
    • garder des commits atomiques n'impliquant que des fonctionnalités descriptibles en une ligne. Pas de multiplicité dans les fonctionnalités ou les changements effectués.
    • Ne pas utiliser la branche maître (master) pour des développements.
    • Avant de peupler avec les nouvelles choses la branche maître, il faut que tout ait été testé et fonctionne.
  • http://tbaggery.com/2008/04/13/best-practices-for-contributing-to-rails-with-git.html - Plus un guide de style pour les commentaires de commit. À suivre. Important.
  • http://www.kernel.org/pub/software/scm/git/docs/gitworkflows.html - le man de git nous explique un workflow conseillé. Certains éléments sont certainement de trop si l'équipe est constituée de 4 personnes au max.
    • « As a general rule, you should try to split your changes into small logical steps, and commit each of them. They should be consistent, working independently of any later commits, pass the test suite, etc. »
    • Existance de plusieurs branches "officielle" (en plus de toutes celles créées par les utilisateurs) :
      • maint - la version qui maintient la version courante du code et sur laquelle on apporte des correctifs de bugs par exemple.
      • master - la version stable suivante du code sur laquelle se font les développements courants.
      • next - la version de test pour les choses devant aller dans le master.
      • pu - branche d'intégration pour des fonctionnalités nouvelles qui ne sont pas encore acceptée pour inclusion dans une version suivante.
    • Remarque : nom à franciser et ajouter des alias courts.
    • Utiliser les branches comme des sortes d'actions ou de (petites) tâches à faire. Un peu comme des "demandes" dans redmine. Ces branches d'une durée courte seront rapidement réintégrées dans les branches plus "officielles". Elles permettent aussi de préparer le terrain à un historique des modifications (commits) plus lisible (en « réécrivant l'histoire »).
    • fusionner des versions les plus expérimentales vers les plus établies (stables).
    • fusionner dans le sens contraire (stables -> expérimentales ou maint -> pu) rarement et pour des raisons précises (cf. doc git).
    • pour tester l'intégration d'une fonctionnalité (ou de plusieurs) ensemble avec une branche principale, utiliser une branche à mettre à la poubelle une fois les tests terminés. Ne pas se baser sur cette branche mais ne l'utiliser que pour faire des tests. Elle sera réceptrice des fusions des fonctionnalités devant être testées.
    • Une fois la nouvelle version prête pour devenir la nouvelle version maintenue, il faut la nommée avec un tag. Quelques autres manœuvres administratives juste avant (cf. man page de gitworkflow).
  • http://lwn.net/Articles/328436/ - Rebasing and merging: some git best practices - Quelques bonnes pratiques compilées par un publiciste des mailing lists du noyau Linux.
  • http://lwn.net/Articles/328438/ - Un mail de Linus sur la manière qu'il souhaite voir géré les sous-projets qu'il intègre dans son noyau Linux. En gros : historique à soi propre et ne pas écraser l'historique de ceux depuis lesquels on reprend du code.

Guides et tutoriaux