Arborescence des pages
ConfigureOutils de l'espace
Aller directement à la fin des métadonnées
Aller au début des métadonnées

HUMAS7AA

Cinéma et postmodernité

 

Crédits : 2 ECTS

Durée : 26 heures

Semestre : S7

Responsable(s) :

Laurent Jullier, Professeur, laurent.jullier@uni-paris3.fr 

http://www.univ-paris3.fr/jullier-laurent-31921.kjsp


Mots clés :

 

Pré requis : 

Aucun

Objectif général :

comprendre la dominance du style post-moderne dans l’économie mondiale du cinéma

Programmes et contenus :

Objectifs pédagogiques
Depuis Star Wars (1977) est arrivé sur les écrans un cinéma dit post-moderne. Ce cinéma est le produit d’une
double crise, celle des figures classiques du récit et de la représentation, et celle de la Modernité, qui tenta
d’apporter des solutions à la première. Le cours se propose de comprendre pourquoi et comment ce style est
devenu dominant dans l’économie mondiale du cinéma. Pourquoi y a-t-il tant de clins d’oeil dans Astérix mission Cléopâtre ou Shrek ? Pourquoi tant de recyclage des figures anciennes dans Indiana Jones ou Star Wars ? Pourquoi Kill Bill met-il de côté la question de la morale ? Pourquoi et comment les clips de MTV développent-ils une stratégie hypnotique ?
Une révolution parallèle a eu lieu aussi en ce qui concerne les comportements du spectateur. Le fun et le cool
(sinon le trash) sont devenus eux aussi des valeurs dominantes, et ce qu’on demande à un film et à une salle de cinéma n’est plus ce qu’on demandait trente ans plus tôt. Internet a également modifié la façon de consommer et de créer : des milliers de films amateurs sont désormais accessibles. Pourquoi un tel changement ? Pourquoi et comment certains films sont-ils l’objet de cultes ? Comment les critiques de cinéma accompagnent-ils cette évolution ?
Pour répondre à ces questions, il faut mobiliser des outils en provenance de l’esthétique, de la philosophie et de l’histoire des techniques. Le cours ne nécessite aucun pré requis dans ces matières (il ne faut pas se fier au vocabulaire employé dans le programme ci-dessous !), ni d’ailleurs dans le domaine du cinéma.
Contenu - Programme
Séance 1. La postmodernité qu’est-ce que c’est ? Une réponse par les clips La litérarité et les racines du moi. Les degrés d’énonciation. La chute des Grands Récits. Un monde liquide. Eléments de queer theory.
Séance 2. La postmodernité qu’est-ce que c’est ? Une réponse par les clips Synesthésie, nostalgie. Crise de la
causalité. Echapper à la gravité.
Séance 3. La postmodernité qu’est-ce que c’est ? Une réponse par les clips L’esprit cool, l’anhédonie. Like a virgin, look, otakus et watchas. Le monde comme image. Quelques vélléités d’une politique de l’image.
Séance 4. Archéologie de la postmodernité. Une crise à Hollywood : Analyse du Lauréat (Mike Nichols 1967)
Séance 5. Archéologie de la postmodernité. La Modernité en crise : Les limites de la réflexivité, le mur de droite.
Séance 6. Le style postmoderne. 1/Les figures de l’immersion. 2/Double jeu, système allusif.
Séance 7. Le détournement du style postmoderne. Analyse de Shining (Stanley Kubrick 1979)
Séance 8. Idéologies numériques. Le cinéma de la trace au calcul. Art et numérique. Braconnages textuels : les pratiques de réception, réappropriation et détournement dans le fandom de Star Wars
Séance 9. La célébration du style postmoderne. Boulevard de la mort (Q. Tarantino 2007).
Séance 10. Ethique et postmodernité. OSS 117 et la political correctness
Séance 11. Ethique et postmodernité. Mythes féminins : Alien ; Mythes masculins : Austin Powers.
Mode d’évaluation :
Les participants à ce cours électif devront remettre un travail personnel d’une dizaine de pages au minimum,
traitant d’un sujet relevant de la postmodernité (sous forme de dissertation), ou se proposant de montrer en quoi tel objet (film, livre, BD, pub, clip, jeu vidéo, collection de vêtements, de meubles...) est typiquement postmoderne (sous forme d’analyse).

.

Évaluations :

  • Test écrit
  • Contrôle continu
  • Oral, Soutenance
  • Projet
  • Rapport
  • Aucune étiquette