Pages enfant
  • Conditions d'éligibilité à un séjour Erasmus
ConfigureOutils de l'espace
Aller directement à la fin des métadonnées
Aller au début des métadonnées

 Conditions de participation


Les étudiants candidats à la mobilité doivent :

avoir la nationalité d'un des États suivants :
États membres de l'Union Européenne (UE),
États (hors UE) de l'Espace Économique Européen (EEE) : Islande, Liechtenstein et Norvège,
États de l'Europe Centrale et Orientale (PECO) : Bulgarie, République Tchèque, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Roumanie et Hongrie,
État de Chypre,
États Baltes : Estonie, Lituanie et Lettonie;
ou posséder le status officiel de réfugié ou d'apatride, ou être reconnus comme résident permanent (carte de résident valable pour 10 ans et pour la nationalité du séjour, la carte de séjour d'un an ne sera pas acceptée) au niveau de la France;
avoir accompli l'équivalent d'une année d'études à temps plein à l'Université d'attache ;
être inscrit dans un programme d'études officiel conduisant à un diplôme d'enseignement supérieur, niveau doctoral inclus.
La période d'études entreprise dans l'établissement partenaire ne peut être inférieure à 3 mois ni supérieure à un an, et doit constituer une partie intégrante du programme d'études dans l'établissement d'origine.

La période d'études à l'étranger doit bénéficier d'une reconnaissance académique complète : l'université d'origine reconnaît que la période d'études à l'étranger (y compris les examens ou autres formes d'évaluation) remplacera une période d'études comparable dans l'université d'origine (comprenant également les examens ou autres formes d'évaluation), même si le contenu du programme est différent.

Les universités partenaires et l'étudiant conviennent d'un contrat d'études avant le départ de l'étudiant à l'étranger.

L'étudiant doit être informé par écrit du contenu de l'accord. A la fin de la période d'études à l'étranger, l'université d'accueil fournit à l'étudiant visiteur et à l'université d'origine un certificat qui confirme que le programme convenu a été suivi et un relevé des résultats.
L'étudiant acquitte ses droits de scolarité habituels à son université d'origine, et est exonéré de ceux de l'établissement d'accueil où il est considéré cille un de ses étudiants réguliers.

Toutefois, l'université d'accueil peut demander le paiement de droits d'un faible montant pour couvrir les frais d'assurance, d'adhésion à des syndicats d'étudiants et d'utilisation de matériels divers tels que les photocopies, des produits de laboratoire, etc., sur la même base que celle des étudiants locaux.

Le paiement intégral des bourses et prêts nationaux est maintenu.

Une période d'études Erasmus à l'étranger peut comprendre un stage en entreprise pour autant que ce stage soit suivi ou précédé par une période d'études minimale de 3 mois à l'étranger et qu'il soit reconnu comme partie intégrante du programme d'études de l'étudiant dans son établissement d'origine.

L'étudiant Erasmus bénéficiant de l'allocation de mobilité ne doit pas percevoir, pour la période concernée, de bourses ou allocations émanant de la Communauté européenne dans le cadre d'autres programmes.

Les étudiants de nationalité luxembourgeoise et liechtensteinoise partant de la France sont financés par leur Agence nationale Erasmus respective. A cette fin, l'A.N. du Luxembourg et du Liechtenstein fera signer à chacun de ces étudiants une déclaration sur l'honneur visant à éviter l'octroi d'une seconde allocation de mobilité par l'A.N. française. Ces étudiants seront comptabilisés dans la mobilité de l'établissement français en tant qu'étudiants non allocataires.


Comment participer ?


L'étudiant choisit un établissement d'accueil, examine le dossier d'informations et, après avoir consulté son coordonnateur départemental ECTS, il complète un formulaire de candidature (lien à insérer).

Il élabore un programme d'études, en concertation avec le coordonnateur départemental ECTS et avec l'accord du coordonnateur institutionnel ECTS de l'Université.

Lorsque les trois parties concernées (l'étudiant, l'établissement d'origine et l'établissement d'accueil) se sont mises d'accord sur les termes du programme d'études à l'étranger, ils signent alors le contrat d'études et le joignent au formulaire de candidature.

Le contrat d'études doit être conclu avant le départ de l'étudiant. Chacune des trois parties contractantes disposera d'un exemplaire de ce contrat signé par les trois.
Si l'étudiant est amené à modifier le programme d'études à son arrivée dans l'établissement d'accueil (incompatibilité d'horaire, inadéquation des cours choisis - quant au niveau ou au contenu), le contrat d'études conclu au départ peut être modifié, avec l'accord de toutes les parties sur les changements envisagés ; les modifications seront indiquées au verso du contrat d'études et dûment contresignées par l'étudiant et les coordonateurs des établissements d'origine et d'accueil. Les modifications au programme d'études initial doivent être effectuées dans un délai relativement court après l'arrivée de l'étudiant dans l'établissement d'accueil. Chacune des parties signataires recevra copie du nouveau contrat.

L'étudiant participe au programme d'échanges en tant qu'étudiant de l'Université de Lorraine. Il aura donc soin, avant son départ, de procéder à :

- son inscription administrative : Division de la Scolarité,
- son inscription pédagogique/examens : U.F.R./Département ou Institut de rattachement.

Le dossier des étudiants complet comprendra les pièces suivantes :

- Candidature à la mobilité, en vue de la sélection par les correspondants des filières : la fiche de renseignements,
- une lettre de motivation,
- une Situation universitaire, disponible auprès de la Division de la Scolarité,`

- une photocopie du Relevé d'inscriptions aux examens,
- pour les étudiants boursiers de l'Enseignement supérieur, une copie de la notification d'attribution de la bourse,
- pour les candidats concernés par les critères de nationalité, une copie de la carte de résident permanent;
- Après la sélection par les correspondants des filières :
- le formulaire de candidature ECTS,
- le relevé de notes ECTS,
- le contrat d'études ECTS,
- le contrat étudiant Erasmus;


Avant le départ à l'étranger :

- un RIB,
- la photocopie de la carte d'étudiant de l'U.M.B. de l'année en cours;
- Dans les meilleurs délais, après l'installation dans l'établissement d'accueil :
- l'attestation de participation, dûment complétée et signée,
- le certificat d'inscription à l'établissement d'accueil.


L'allocation de mobilité

Les allocations sont destinées à couvrir les frais supplémentaires liés aux études à l'étranger et ne peuvent couvrir des frais que l'étudiant supporterait normalement dans son établissement d'origine.

Le fait d'être étudiant Erasmus ne suppose pas nécessairement que l'étudiant percevra une allocation de mobilité Erasmus.
A l'issue de la sélection des candidats à la mobilité par les responsables dans les filières, une


Commission nommée par l'Université étudie les dossiers et arrête la liste des candidats proposés pour une allocation Erasmus, selon les critères suivants :

- critère social (être boursier de l'Enseignement supérieur),
- critère linguistique (partir dans un pays autre que l'anglais, l'allemand ou l'espagnol),
- critère académique (résultats universitaires obtenus).


Les décisions de la Commission sont publiées par voie d'affichage, au Service des Relations Internationales, à une date annoncée au cours du mois de juin (normalement avant le 15 juillet).

L'étudiant allocataire Erasmus recevra au minimum 50 euros par mois durant la totalité de son séjour. Cette somme est doublée pour les étudiants partant vers des destinations scandinaves (DK, IS, N, S et SF).

L'étudiant s'engage à rembourser l'allocation perdue s'il renonce à son séjour.

Cette disposition ne s'appliquera pas aux étudiants qui n'ont pas pu terminer leur programme d'études à l'étranger en raison d'un cas de force majeure džment signalé par l'établissement par écrit et accepté par écrit par l'Agence Nationale.

Tout désistement ou retour anticipé doit être impérativement signalé, dans les meilleurs délais :

- à l'enseignant responsable,
- au secrétariat du Service des Relations Internationales.

Système Européen de Transfert des Crédits - ECTS

L'application du système de l'E.C.T.S. facilite la reconnaissance des résultats académiques des étudiants grâce à l'utilisation de mesures comprises par tous de la même manière - les crédits et les notes - ainsi que par une meilleure compréhension des systèmes nationaux d'enseignement supérieur.

Les étudiants doivent suivre les cours réguliers - et non pas des cours expressément conçus à leur intention - et doivent avoir la possibilité de satisfaire aux exigences de l'établissement d'accueil en matière d'obtention d'un diplôme ou d'un degré.

L'ECTS assure la transparence en ayant recours aux instrument suivants :

les crédits ECTS : ceux-ci représentent, sous la forme d'une valeur numérique affectée à chaque unité de cours, le volume de travail (cours magistraux, travaux pratiques, séminaires, stages, recherches ou enquêtes sur le terrain - bibliothèques ou à domicile - et examens ou autres modes d'évaluation éventuels) que l'étudiant est supposé fournir pour chacune d'elles.

60 crédits = volume de travail d'une année d'études ;
le dossier d'information : il contient des renseignements utiles à l'étudiant et au personnel sur les établissements, les facultés/départements, l'organisation et la structure des études, ainsi que sur les unités de cours ;
le relevé de notes : il présente, de manière claire, complète et compréhensible pour chacune des parties, les résultats académiques de l'étudiant. Il doit être facilement transférable d'un établissement à l'autre ;
le contrat d'études : il décrit le programme d'études que l'étudiant devra suivre, ainsi que les crédits ECTS qui lui seront octroyés après avoir satisfait aux conditions requises (examen, évaluation...). Ce contrat lie les établissements d'origine et d'accueil, ainsi que l'étudiant.

Le site officiel de la Commission européenne

  • Aucune étiquette